Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 20:51

Songe_dune_nuit_dete_-_Theatre_de_la_Porte_Saint-Martin.jpg

 

 

 

               Voilà l’une de mes envies pour cette rentrée assouvie ! Ce week-end, j’ai eu le grand plaisir d’assister à la représentation Le songe d’une nuit d’été, au théâtre de la Porte Saint Martin. Je n’ai pas eu l’occasion, dans ma courte vie, d’assister à beaucoup de pièces de théâtre, à regrets, car elles me procurent à chaque fois un immense ravissement !

 

 

Résumé : Cette pièce dans laquelle Shakespeare célèbre l'amour, le désir et le théâtre est la plus divertissante, la plus passionnelle et la plus charnelle de l'auteur. Lysandre veut épouser Hermia. Hermia veut épouser Lysandre... Donc tout va bien. Eh bien non... car Egée, père d'Hermia, la destine à Démétrius, dont Héléna est amoureuse. Pour échapper à Egée, Lysandre et Hermia s'enfuient alors dans la forêt, poursuivis par Démétrius, lui-même poursuivi par Héléna. Pendant ce temps, dans la forêt, Oberon, roi des Elfes, a ordonné à son fidèle Puck de verser une potion magique sur les paupières de sa maîtresse Titania, pour la punir de sa désobéissance. Mais Puck se trompe et verse cette potion sur les paupières des jeunes amants. Ceux qui s'aimaient se détestent... et vice-versa. Ajoutons à cela une bande de comédiens amateurs venus répéter leur pièce dans la forêt, s'en suit la confusion la plus totale. Puck va tout faire pour réparer son erreur et pour que tout rentre dans l'ordre.

 


                Je dois avouer que cette pièce était pour moi une découverte, ne connaissant pas cette œuvre de notre grand ami Shakespeare. Nicolas Briançon nous en offre une version qui, avouons-le, en ferait se retourner notre auteur anglais dans sa tombe ! Mais pour notre plus grand bonheur dirons-nous, tant ces libertés sont un enchantement pour le spectateur ! Dès le début de la pièce, nous voilà plongés dans un « générique » qui n’est pas sans rappeler la célèbre série Chapeau Melon et Bottes de Cuir. Femmes à la longue chevelure lissée, telles de parfaites ménagères, robes colorées des années sixties affichant des formes très structurées, bottes aux couleurs vives, sans oublier le flegme britannique d’un John Steed élégamment vêtu du célèbre attirail suit-chapeau melon-parapluie noir. Le ton est donné. A tel point que l’on se demande pendant les premières minutes si l’on ne s’est pas trompé de pièce … Fidèles adeptes du plus pur esprit shakespearien, passez votre chemin … !

 

                Personnellement, j’ai adoré ces libertés extravagantes qui apportent à la pièce un vent de modernité et de fraîcheur (je l’avoue, mon goût prononcé pour les années sixties y est pour beaucoup … ). Le mélange des genres – un certain anachronisme – est pour le moins original et surprenant ; la magie opère.

 

J’avais hâte de voir apparaître sur scène Lorant Deutsch (Puck) et Mélanie Doutey (Titania), les guests stars de la pièce, en rôles principaux comme peut le laisser supposer l’affiche de la représentation. Ce ne sont pourtant pas les acteurs ayant le plus de tirades et les plus présents sur scène, à mon grand étonnement. Un argument marketing certes très vendeur, leur notoriété laissant présager une affluence certaine. Tous les acteurs ont magnifiquement interprété leur rôle, avec justesse et force de persuasion ; de quoi nous plonger avec ravissement dans une histoire pour le moins rocambolesque et tonitruante ! Les scènes s’enchaînent dans une folle frénésie hilarante, et les quiproquos prennent peu à peu leurs aises. Les répliques sont un véritable enchantement pour les oreilles délicates, les critiques en deviennent même pure poésie tant les mots pour le dire s'accordent avec délicatesse et jouissent d'une pointe d'ironie subtilement amenée.

 

L’on retrouve également la touche de l’auteur anglais, la pièce dans la pièce. Des passages décalés, qui finissent en apothéose en fin de jeu, lors de la représentation devant les protagonistes de la pièce principale. Un grand moment de franche rigolade, tant la dérision est de mise, la mise en scène pour le moins pathétique et totalement anti professionnelle ! Sans aucun doute la pire « fausse pièce » à laquelle il nous est donné d’assister, mais qui nous conquiert malgré tout d’un bout à l’autre !

 

Mention spéciale pour les décors et jeux de lumière exceptionnels ! Et que dire des costumes … Je suis tombée sous le charme ! 


Vous l’aurez compris, cette pièce a été pour moi un délicieux moment ! Si vous aimez les histoires un peu compliquées, mêlant amour, monde enchanté où l’on rencontre des fées aux noms étranges, des elfes à trottinettes, et autres créatures divines prenant un malin plaisir à se jouer des humains, l’humour décalé, un funky man pris d’une fièvre de la danse, … n’hésitez pas à vous laisser emporter, vous aussi, par Le songe d’une nuit d’été

 

 

Le songe d’une nuit d’été,

Théâtre de la Porte Saint Martin

Du mardi au vendredi à 20h, le samedi à 16h45 et 20h30.

Partager cet article

Repost 0
Published by lavieselonmary - dans Sorties
commenter cet article

commentaires

♥ In A Few Words ...

  • : ♥ lavieselonmary ♥
  • ♥ lavieselonmary ♥
  • : Exaltation des papilles, esprit rêveur, évasion culturelle, brin de malice, sourires et petits bonheurs. Suivez-moi dans mon univers ... :)
  • Contact

♥ Other languages ...

English español deutsch

Recherche

  • SucréSucré

♥ Follow Me ...

Follow Me on Facebook Follow Me on Twitter Follow Me on Pinterest Follow Me on Flickr