Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 20:15

poster_147199.jpg

                Voilà de quoi donner de l’espoir à tous ceux (moi la première …) qui seraient animés d’une pulsion d’écriture, l’envie de noircir le papier en donnant vie à des personnages sortis tout droit de leur imagination débordante ! Merci donc à Mr Alexis Jenni … Pour ceux qui se demanderaient encore qui est cette sympathique personne répondant au doux nom de Jenni, il s’agit d’un nouveau venu dans le haut cercle littéraire ; et bien lui en a pris de prendre la plume... ! Révélation de cette rentrée littéraire, il est gratifié d’un modeste prix Goncourt (pardonnez-moi du peu …) après l’écriture de son premier roman, intitulé L’art français de la guerre (Gallimard). Professeur de biologie, Jenni succède ainsi fièrement, à 48 ans, à Michel Houellebecque, consacré l’année dernière avec La carte et le territoire. Une bonne surprise pour notre écrivain en herbe, qui se décrivait comme un « écrivain raté » (notre homme a le triomphe "modeste", c’est à ces petits détails que l’on reconnaît les grands). Avec déjà 56 000 exemplaires vendus, cette consécration permettant d’aiguiller le choix des lecteurs lui promet encore une progression significative.

 

804935_alexis-jenni.jpg

 

                Dans son roman, Jenni met en scène Victorien Salagnon, un ancien soldat devenu peintre. A travers ses souvenirs, le personnage principal communique une vision polémique, un poil manichéen peut-être, de la France – la Seconde Guerre mondiale, l’Indochine, l’Algérie … -. Alexis Jenni entend ainsi nous mettre devant une vérité que l’on ignore : nous vivrions en pleine guerre civile et nous ne le saurions pas. Les frictions entre bandes de jeunes issus de l’immigration et police au pied des tours des quartiers défavorisés ne seraient que la continuation de guerres menées par la France dans la baie d’Along et la casbah d’Alger. Un roman singulier donc, à l’écriture fluide et assez simple.

 

                Après un Goncourt, un prix Médicis ou Femina ? Notre professeur, toujours en lice pour ces consécrations prestigieuses, peut se permettre de garder bon espoir. Alexis Jenni s’inscrit ainsi dans la lignée d’un Jonathan Littell, qui avait reçu ce même honneur en 2006 avec son premier roman Les bienveillantes.

              Même si notre auteur affirme qu'il lui sera difficile de faire mieux après ce premier roman, on ne doute pas qu'une belle carrière littéraire lui semble lui ouvrir les bras ... ! Alexis Jenni, un homme à suivre de prêt ...

Partager cet article

Repost 0
Published by lavieselonmary - dans Coin lecture
commenter cet article

commentaires

♥ In A Few Words ...

  • : ♥ lavieselonmary ♥
  • ♥ lavieselonmary ♥
  • : Exaltation des papilles, esprit rêveur, évasion culturelle, brin de malice, sourires et petits bonheurs. Suivez-moi dans mon univers ... :)
  • Contact

♥ Other languages ...

English español deutsch

Recherche

  • SucréSucré

♥ Follow Me ...

Follow Me on Facebook Follow Me on Twitter Follow Me on Pinterest Follow Me on Flickr